Course Ultra - Delphes - Olympie - 255 kms

19, 20 & 21 Avril 2018

DEMANDE D' INCRIPTION

Toponymes Historiques

ANCIENS TOPONYMES SUR LE PARCOURS DE LA COURSE


L’ANCIENT SENTIER KIRRA-DELPHES

La ville actuelle de Kirra, sur le Golfe Corinthien, cache sous ses pieds les ruines de l’ancienne Kirra construite il y a 3.000 ans avant J.C.
Homère se réfère à Kirra sous le nom de Krissa (Iliade, B–250)
La ville était riche et puissante et c’était dans son port où débarquaient les pèlerins se rendant à Delphes pour chercher les prophéties de la prêtresse Pythie.
Selon Paysanias, la ville était ornée de temples dédiés à Apollon et à Artémis, de statues colossales et de maisons d’habitation richement décorées.
A cette époque étaient encore visibles les bâtiments des services portuaires, des arsenaux, des aqueducs et autres édifices publics.
Actuellement, on peut distinguer sous la mer les ruines de la muraille de la ville, le port, et quelques débris des maisons d’habitation
De nos jours, l’ancien sentier Kirra-Delphes est en très bon état et il peut être parcouru en 4-5h Ιl conduit, comme dans l’antiquité, devant le site archéologique de Dephes.
Il croise le sentier européen “E 4”qui relie Gibraltar à Chypre, long de 6.800m qui traverse aussi la fameuse oliveraie de Amfissa, le chef-lieu de la région.
L’ancien sentier Kirra-Delphes vous offre la possibilité de devenir vous-même une part de l’histoire de cette contrée en suivant les traces des anciens pélerins qui durant des siècles  guident les pas de chaque pélerin moderne.

Des ruines d'un temple antique à côté de l'ancient sentier Kirra-Delphes

A la suite des fouilles récentes à partir de 2005, sous la direction de l'archéologue, M. Despina Skorda, le long du sentier ancient Kirra-Delphes et à une distance de 300 m. de Delphes, ont été mises au jour des ruines d'un temple appartenant au 6e s. avant J.C. ainsi que celles d'un bâtiment au centre du temple de l'époque romaine.
Ces ruines sont visibles à droite, en descendant l'ancient sentier Kirra-Delphes et à faible distance de la ville protégées par une toiture.

GALAXIDI

La petite ville de Galaxidi sur le Golfe Corinthien est l’ancienne cité de Halio qui connût son épanouissement à partir de l’époque Préhistorique grâce à sa configuration géographique et l’occupation de ses habitants avec le commerce maritime.
Des fouilles archéologiques dans la région ont mis au jour des amphores datant du 3e millénaire avant J.C alors que des parties de la muraille de l’époque hellénistique et romaine ont été préservées jusqu'à nos jours.
Pendant la Guerre de l’Indépendance (1821-1829) l’apport de la ville fut considérable en y sacrifiant ses fortunes, sa flotte et même la vie de ses fils.
Au cours des années 1870 période dominée par la suprématie des bateaux à voiles, Galaxidi a connu son grand essor et fut doté de son caractère urbain conservé jusqu'à nos jours.
Le Musée Maritime et Historique de la ville abrite des objets antiques ainsi qu’une unique collection thématique des peintures des voiliers.
Des belles demeures à l’architecture du siècle dernier ornent le front de mer.
Une visite aujourd’hui à Galaxidi renvoie à la tradition maritime de cette cité au charme d’antan qui reste inaltérable au fil du temps.

NAFPAKTOS

naypaktos L’ histoire de Nafpaktos remonte à l’ antiquité. Elle apparaît pour la première fois en 1104 avant J.C. avec la descente des Doriens qui s’étaient servis du bois en abondance des forêts voisines pour y construire leurs premières embarcations rudimentaires et pouvoir ainsi traverser le Golfe Corinthien.
Pendant l’antiquité, la ville a passé, successivement, sous la domination des Athéniens, des Spartiates, du roi Philippos de Macédoine et des Romains à partir de 191 avant J.C.
Au cours de la domination romaine la ville a connu son grand épanouissement en raison de son voisinage avec le Péloponnèse.
La citadelle vénitienne et le port vénitien conservés en parfait état, datent de l’époque de la souveraineté romaine (1407-1499).
La bataille navale de Nafpaktos en 1571 A.D. remportée par les Chrétiens contre les turcs a été une étape décisive de l’Histoire Européenne.


PATRAS

patra La troisième plus grande ville de Grèce et la capitale régionale de la Grèce Occidentale,  située à 212km à l’ouest d’Athènes.
Patras est construite en hémicycle autour du Golfe du même nom, à une distance de 20km des pieds du Mont Panackaikon.
Les premières traces d’habitat à Patras datent du 3ème millénaire avant J.C.
Patras connut son premier grand épanouissement au cours de l’époque mycénienne (1580-1100 avant J.C.)
Pendant la période romaine elle fut un port important et un centre chrétien dès les premiers jours du Christianisme.
Elle fut aussi la ville où St André fut martyrisé et crucifié.
Patras fut une des premières villes où la Guerre pour l’Indépendance de la Grèce du joug turc fut déclarée en 1821. Elle fut libérée en 1828 par le Corps Expéditionnaire Français sous le commandement du Général MAISON dont le nom portent des rues du centre-ville de Patras et d’Athènes.
Tous les ans, en Février, la ville vit la fièvre de son Carnaval, un de plus grands et plus impressionnants d’Europe, avec points culminants le défilé des chars décorés de fleurs et de sujets satiriques, et les bals extravagants qui échauffent l’ambiance pour les centaines de milliers de visiteurs qui s’en donnent à coeur joie jour et nuit.


FARES

Cité antique de la région d’ Achaie, située à 50 stades de Patras (9km) et à 100 stades de la mer (18km). Elle fut construite sur le versant ouest du mont Erymanthos et les rives du fleuve Piros. Elle fut aussi  membre de la Confédération Achaienne et important centre pendant la période mycénienne (1580-1100 avant J.C.)
Selon Pausanias il y avait à Farés l’enceinte de l’agora, la statue en marbre d’Hermès, le fameux autel d’où le dieu distribuait ses prophéties et une source «d’eau sacrée» encore d’Hermès.
De nos jours, on connaît la délimitation de l’ancienne ville et les fouilles dans son enceinte ont mis au jour des bains romains, des épigraphes, un ancient cimetière et des tombes mycéniennes.


TRITEIA

Ancienne cité état d’Achaia, située à 120 stades de Fares sur le versant ouest du Mont Erymanthos près du village de Kalentzi.
Elle fut une cité florissante et un grand centre commercial, membre de la Confédération Achaienne
Selon Pausanias, il y avait, devant l’entrée de la cité, un monument funéraire de grandes dimensions en marbre blanc avec plusieurs épigraphes sculptées, oeuvre du grand peintre athénien Nicias, contemporain et disciple du célèbre sculpteur Praxitèle du 5e siècle avant J.C.
Des fouilles menées dans la région ont mis au jour les fondements de l’agora, des stèles funéraires de l’époque romaine ainsi que des ruines d’un grand temple près de Kalentzi. Dans l’enceinte de la cité on a encore découvert des restes d’un temple romain sous lequel un édifice d’importantes dimensions a été repéré datant du 3e siècle avant J.C. la période du grand épanouissement de Triteia.
Un cimetière mycénien révélé aussi près de la cité témoigne de son existence déjà depuis l’ère mycénienne (1580-1100 avant J.C.)

LASSION

La ville de Lassion était située au centre du plateau de Foloi et ses habitants les plus anciens étaient des Achéens. On ne connaît pas la date exacte de sa fondation.
La citadelle de la cité, découverte et décrite par Welker en 1842, était construite sur un emplacement grandiose érigé par la nature elle même pour servir de forteresse.
La ville a connu des catastrophes et des pillages par Philippos E’ de Macédoine, les Goths et bien d’autres envahisseurs locaux, toutefois la destruction totale était survenue à la suite d’un séisme très violent en 522 AD, qui avait rasé l’Elide et l’Achaea.
De nos jours on y trouve des restes de la muraille, des ruines d’édifices, des fragments de colonnes, des tombes (dont l’une est. apparemment attribuée au Centaure Folos) et un ancient cimetière.
Une civilisation et une histoire absolument remarquables ont été enfouies sous ces décombres, mais les archéologues et les historiens de tout temps portent uniquement leur attention vers Olympie, l’illustre voisine.


LA CONFEDERATION ACHAIENNE

Fédération de l’antiquité hellénique, fondée en 280 avant J.C. par 12 états-membres d’ Achaea. Elle fut dissolue en 146 avant J.C. quand le Péloponnèse fut sous la domination Romaine.
Les cités états de la Confédération résolvaient leurs conflits et protégeaient leurs intérêts communs.
Le système administratif de la Confédération fut un des premiers systèmes administratifs à caractère politique dont les décisions étaient prises par les représentants des cités états à l’Assemblée Centrale.


LA FORET DE FOLOI

Elle s’étend sur un plateau qui occupe le versant SO du mont Erymanthos, située à 25km d’Olympie.
C’  est une de plus grandes, de plus rares et de plus belles forêts de chênes plantées d’Europe occupant une superficie de 4200 hectares.
Elle fait partie du programme NATURA 2000 en raison de son unicité et de sa valeur écologique, historique et culturelle, appréciée depuis l’antiquité.
Les arbres atteignent 20m-40m de haut, et sont composés uniquement de chênes, ce qui lui confère une spécificité parmi les forêts de chêne européennes.

foloiLes Mythes de la Forêt de Foloi
L’imagination des anciens grecs  avait placé le domicile des Centaures dans la Forêt de Foloi. Les Centaures étaient des créatures de la mythologie hellénique dont le haut du corps épousait une forme humaine et le bas une forme animale (cheval.)
Selon la mythologie un des travaux d’Hercule, le 4e, est. associé à la Forêt de Foloi, aux Centaures et au sanglier sauvage d’Erymanthos, une bête aux dimensions colossales qui vivait dans le ravin voisin, tuant sur son passage des gens, des bêtes, ravageant les cultures et qui Hercule devait exterminer sur l’ordre du roi de Argos.
Hercula arrivant à la forêt avait été accueilli par son ami Folos, roi des Centaures.
Au cours du dîner, Folos offrit à Hercule du vin des Centaures, mais son odeur excita les autres Centaures qui s’étaient rués sur Hercule pour lui arracher leur vin. Il y a eu un combat, Hercule chassa les Centaures jusqu’au bout du Péloponnèse, tuant la plupart d’entre eux alors que ceux qui survécurent prirent la fuite
Malheureusement, Hercule à son retour, trouva son ami Folos mort, tué par une flèche empoisonnée qui lui glissa des mains et le blessa mortellement au pied.
Hercule enterra son ami et donna son nom à la forêt qui depuis s’appelle Forêt de Foloi.
Il se jeta, ensuite, à la poursuite du sanglier sauvage repéré dans le ravin voisin et grâce à son extraordinaire ingéniosité il réussit à le capturer avec un filet et l’emmener sur ses épaules au roi de Argos.

Le ravin associé au sanglier sauvage prit le nom de” Ravin du Sanglier Sauvage Erymanthios”et on lui attribute une grande valeur historique, ecologique et culturelle.
Le sanglier sauvage symbolise le fleuve impétueux qui, quand il déborde, cause de très grands dégâts, alors qu’Hercule symbolise la force qui réussit à le transformer en fleuve utile et irrigable.

all rights reserved | developed by Jetnet ©